« La co-génération : késako ? »

20 avril 2016 News

Les moteurs utilisant le principe de la co-génération produisent à la fois de l’électricité et de la chaleur à partir d’une énergie renouvelable : le biogaz capté dans un massif de déchets

 

Le biogaz provient de la fermentation anaérobie des déchets. Les micro-organismes se nourrissent de la matière organique, la décomposent et produisent ainsi du biogaz.
Ce biogaz est capté à travers le massif de déchets et acheminé vers l’unité de valorisation énergétique grâce à un réseau de tuyaux de plus de 14 km de long.
Avant d’atteindre les moteurs de valorisation, il traverse différentes étapes de préparation et de traitement, permettant notamment de l’assécher et d’en retirer les particules (ex. siloxanes) pouvant endommager les moteurs.
Le gaz est ensuite surpressé et envoyé vers l’unité de valorisation énergétique pour produire de l’énergie.

Dans les moteurs, un mélange d’air et de biogaz est aspiré, puis comprimé. L’allumage se fait à la fin de la compression, à l’aide d’une étincelle produite à l’extérieur.
La combustion progressive fait monter la pression dans le cylindre et le piston est repoussé.
Ce piston est relié par l’intermédiaire d’une bielle à un arbre tournant, de sorte que le mouvement linéaire du piston est converti en mouvement rotatif. Ce mouvement rotatif peut à son tour être transformé par un générateur en électricité. L’énergie mécanique est ainsi convertie en énergie électrique.

 

En produisant de l’électricité, les moteurs dégagent une énergie thermique.
Cette puissance thermique est récupérée et transférée vers la boucle de cogénération. Cette boucle permet la circulation d’eau glycolée, via des échangeurs thermiques, et assure une température de 105°C en sortie pour fournir la chaleur nécessaire au réseau de chaleur.

Valorisation du biogaz

Schéma de valorisation du biogaz